Et le budget dans tout ça ???


Si c'est pas indiscret, combien vous a coûté votre voyage ?? C'est une question qui est revenue fréquemment dans nos conversations déjà avant qu'on parte et encore davantage à notre retour. Nous n'avons pas vraiment de problèmes à parler d'argent et donc, non, ce n'est pas indiscret !!
L'argent disponible pour un tel voyage dicte le nombre de pays visités, les destinations et la durée du séjour.

Notre tour du monde, tous les chiffres !


On n’a pas commencé tout au début mais en cours de route, on a constaté qu’on cumulait les chiffres, d’où l’idée d’en faire une statistique. En confondant tous les moyens de transport, on a parcouru près de 4 fois le tour du globe !!

Et si c’était à refaire ?


Ce titre de Marc Levy ne pourrait pas mieux convenir à nos réflexions du moment. Et si c’était à refaire ?? Mais cette question à double sens en nécessite immédiatement une autre : refaire quoi ? Exactement le même voyage ou repartir faire un autre tour du monde ? Ce sont deux choses distinctes que de savoir si on ferait à nouveau le même tour que de connaître notre volonté de partir à nouveau pour un tel périple !

6 minutes around the globe


Comment résumer notre itinéraire autour du monde en 6 minutes ? Impossible !!! Sûrement, mais partagez quelques images de notre fantastique voyage qui nous a emmenés dans 23 pays en débutant à Saint Petersburg pour finir à New York. Un an de bonheur à découvrir les trésors de notre planète et une expérience qui changera à jamais notre manière de voyager.

Last but not the least


New York, Montauk, 25/9-3/10.
Moi qui fredonne toujours une chanson quand j’arrive dans un lieu, en arrivant à NYC, les morceaux se bousculent dans ma tête dans un ordre aussi aléatoire qu’improbable. De Sinatra à Téléphone, en passant par Gainsbourg et Alicia Keys, la ville n’a pas manqué d’inspirer les artistes ! Ce qui n’est pas vraiment notre cas pour être très franc. Beaucoup de gens rêvent d’aller à New York mais pour nous, Big Apple sonne la dernière étape de notre voyage et c’est le cœur un peu serré qu’on commence notre visite.

C’est haut, Chicago… Chicago, USA


20-24/9.
Après Las Vegas et la Nouvelle-Orléans, Chicago est une ville presque “normale“ ou plutôt “classique“ pour éviter de reprendre l’adjectif qui a servi à la campagne de notre cher Président ! “Windy City“ est donc une bonne grosse ville américaine avec près de 3 millions de personnes dont le melting pot n’a rien à envier à San Francisco. Bien moins populaire pour les touristes que New York, Chicago nous dévoilera ses charmes au fur et à mesure qu’on déambule dans ses rues, aux pieds des gigantesques gratte-ciels qui ont compté parmi les plus hauts de la planète durant des décennies. Les buildings de la ville trustent 3 des 5 premières places du classement des constructions les plus hautes du pays. D’où le douteux “détournement“ de la chanson de Gainsbourg pour le titre de cet article !!

3 jours très jazzy


Nouvelle-Orleans, 17-19-9.
Après Las Vegas, on continue notre exploration des villes américaines et celle-ci est tout aussi fascinante : New-Orleans ou “NOLA“ de son petit nom !

Welcome to the desert


Grand Canyon, Valley of Fire, Zion, Death Valley, 11-14/9.
Voici la deuxième partie de notre exploration des grands parcs américains. Après les forêts gigantesques de pins et de sequoias, bienvenue dans le désert !

Sin City


Las Vegas, 10, 11 et 14/9.
Tout comme LA et SF, on n’a pas vraiment l’impression d’arriver dans une ville inconnue quand on débarque à Las Vegas. Nourri de tellement d’images par le cinéma et la TV, on a déjà tous vu ces hôtels-casinos totalement extravagants en forme de pyramide, de tour Eiffel ou de palais vénitien !

Wilderness


Yosemite, Sequioa, 8-9/9.
Dans nos têtes et certainement dans beaucoup d’autres, « Etats-Unis » a toujours été synonyme de « grands espaces ». Ce n’est jamais aussi vrai que lorsqu’on aborde les parcs nationaux !

Notre road movie dans l'Ouest américain


Nos 3 semaines de trip dans l'Ouest américain méritait clairement un road movie. On découvre des territoires immenses (3500 km, 4 états !!) et tous les extrêmes du pays de l'oncle Sam : d'Hollywood aux parcs nationaux, en passant par Las Vegas sur des routes mythiques comme la Pacific Coast Highway ou la Route 66 !

Be sure to wear some flowers in your hair


San Francisco, 4-7/9.
Pour écrire un article, le rituel est toujours le même : je me pose au calme, oreillettes plantées dans les oreilles et je commence par faire le tri dans mes photos. Je choisis toujours une playlist qui a un rapport avec le pays visité, avec une chanson qui me trotte dans la tête ou que l’on a entendu dans notre voiture de loc’, dans un taxi ou dans un magasin. Pas étonnant que certains hits s’imposent facilement comme titre des articles. C’est encore plus vrai depuis notre arrivée en Californie ! Et après The Mamas & The Papas, c’est désormais Scott McKenzie qui résonne dans mon crâne… sans surprise quand on écoute la BO de Forrest Gump dans la voiture !! Comme si la sélection aléatoire de l’iPhone pouvait être influencée par la géographie de la région visitée !

California Dreamin’


Pacific Coast Highway, 1-3/9.
Dire qu’on était impatient de reprendre la route le long de la côte pacifique est un euphémisme ! Avec un excellent souvenir en tête de notre trip entre Sydney, Melbourne et Adelaïde empruntant notamment la sublime Great Ocean Road, on se réjouit de rouler cheveux aux vents dans notre cabriolet teuton pour voir défiler des paysages merveilleux.

This is not Hollywood



Los Angeles, 28-31/8.
Après notre aperçu des “States“ durant nos 10 jours en Floride, on est un peu sceptique lors de notre arrivée à Los Angeles. Encore un peu “dans le pâté“ d’avoir festoyé la veille pour mon anniversaire et triste d’avoir quitté nos amis mexicains, on n’est pas vraiment en super forme ! Mais on hâte de commencer un nouveau road trip car tous les précédents sont d’excellents souvenirs nous octroyant une liberté de mouvement qu’on affectionne désormais particulièrement.

Agaves et tequila


Queretaro, Aguascalientes, Tequila, Guadalajara, 20-27/8.
Les conseils de Doro et Alvaro nous ont conduit à 3h de bus de San Miguel de Allende, dans la ville de Queretaro, une cité autrement plus grande (800.000 hab.) dont le centre historique est également classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Les bâtiments et les églises sont effectivement grandioses mais on ne retrouve pas le charme intimiste de San Miguel. Comme à Mexico, on fait le plein de sites religieux dont je m’abstiens de faire ici l’inventaire et de poster toutes les photos mais elles ont toutes une déco intérieure magnifique avec des autels en bois doré style rococo lourdement chargés !

Tout le monde tombe amoureux de San Miguel


17-19/8.
On quitte la capitale pour rallier San Miguel de Allende et pour cela on fait la connaissance des bus mexicains. Sans s’éparpiller sur le sujet, c’est tout simplement les bus les plus confortables qu’il nous est donné d’utiliser depuis le début de notre voyage : record d’espace aux jambes, siège inclinable à 160°, TV individuelle avec VOD, WIFI et un sandwich club encore assez “comestible“ ! A nous faire regretter que le voyage depuis Mexico City ne dure que 4 heures !

Mexico… Mexiiiiiiico


Mexico, 13-16/8.
Je sais, le titre n’est pas super recherché mais comment ne pas penser à ce refrain de Luis Mariano en arrivant dans la capitale mexicaine ??? On avait déjà été au Mexique à 2 reprises, à chaque fois à Playa del Carmen et le reste du pays ne nous intéressait pas vraiment. Quelle monumentale erreur !!!!
Tout d’abord, cette étape mexicaine nous permet de revoir nos amis Doro et Alvaro qui vivent à Aguas Calientes et qu’on n’avait pas revu depuis notre mariage, il y a près d’un an. Ensuite on a pu découvrir un autre Mexique, authentique, culturel et bien loin des resorts “all-inclusive“ de la Riviera Maya que l’on fréquentait……… avant !

Le Costa Rica en vidéo


Le Costa Rica méritait amplement une petite vidéo entre notre séjour (pluvieux) dans le Parc National de Tortuguero sur la côte carribéenne jusqu'aux plages sauvages de l'océan Pacifique en passant évidemment par le Volcan Arenal et la réserve de Monte Verde.

Pura Vida !!!


Volcán Arenal, Monte Verde, Tamarindo 4-12/8.
Si le Cercle des Poètes Disparus avait été tourné au Costa Rica, feu Robin Williams aurait certainement employé « pura vida » à la place de « carpe diem » !! Pura vida c’est le slogan de tout un pays et au début de notre séjour, on ne saisit pas immédiatement cette mentalité, même après des mois de voyage autour du globe. Les Costariciens qu’on rencontre disent pura vida tout le temps, pour dire bonjour, un peu comme le fameux « what’s going on » ou le « hola, qué tal » dont personne n’attend vraiment de réponse et on pourrait presque penser la chose superficielle ! Mais doucement on comprend que pura vida ne sont pas uniquement 2 mots utilisés par les professionnels du tourisme pour amuser leurs clients. C’est réellement un état d’esprit, une ligne de vie. Une vie simple mais heureuse malgré ses vicissitudes, dans la joie et la bonne humeur.

100% d’humidité


San José, Tortuguero, 30/7-3/8.
Le Costa Rica était dans le top 5 de nos pays les plus attendus au départ de notre aventure. Mais au fil des mois, avec tout ce qu’on a découvert et apprécié, on avait presque oublié cette destination ! En arrivant à San José, on aurait même pu être déçu car la ville est loin de posséder un charme fou !! Niveau architecture, il y a bien quelques bâtisses coloniales, le Teatro Nacional et la Catedral Metropolitana dominant le Parque Central, qui méritent quelques clichés.

Qui va garder mon crocodile cet été ?


Everglades, Naples, 23-26/7.
Avoir des parents qui bougent leurs corps sur du Ottawan les samedis soirs dans la cave de la maison reconvertie en bar/dancefloor blindée d’amis et de voisins, ça marque une enfance !!! Pour ceux qui ne connaîtraient pas cet immense tube aux paroles “inspirées“, voici le lien pour que vous aussi, vous ayez le refrain de cette œuvre majeure en tête toute la journée !

Deux F… à Miami


21-30/7.
Après avoir bourlingué pendant presque 3 mois en Amérique du Sud, en prenant un pied monstrueux à parcourir les pistes poussiéreuses d’Argentine, à traverser la Vallée Centrale du Chili au milieu des vignes ou à crapahuter sur les reliefs du Pérou… les premiers jours en Floride sont presque un “choc“ ! Le choc de tout voir bétonné, le choc de l’immensité, le choc de l’organisation qui nous paraît presque trop “organisée“, bref on a l’impression d’être deux attardés mentaux et ce pays très loin d’être exotique, nous dépayse pourtant totalement !!! On ajoute la chaleur caniculaire qui règne aux pieds des gratte-ciels de Fort-Lauderdale et qui limite notre patience à trouver une boutique AT&T pour acquérir une carte SIM, bref on est paumé !!!

Enfant du soleil, tu parcours la terre, le ciel…


Machu Picchu, 17-18/7.
Quand on a passé tous les mercredis matin de sa tendre enfance devant les Mystérieuses Cités d’Or, il est difficile de ne pas avoir le générique en tête lorsqu’on se lance à l’assaut du Machu Picchu !!         
Comme j’ai pu déjà l’écrire, on a bien galéré pour comprendre comment se rendre au MP et qu’il faut se révéler patient pour mériter son ascension ! Je le referai son hésiter mais cette fois, en réservant LONGTEMPS à l’avance pour faire le trek de 4 jours sur le Chemin de l’Inca. Le parcours “normal“ pour les non férus de hiking consiste à prendre un transport (bus, collectivo ou taxi) de Cuzco jusqu’à Ollantaytambo et de là, à monter dans le train pour Aguas Calientes, autrement dit Machu Picchu Pueblo, qui doit son nom aux sources d’eau chaude.

La Vallée Sacrée



15-16/7.
Cuzco est le point de départ de la Vallée Sacrée dans laquelle il est possible de visiter plusieurs anciennes citadelles et sites incas. Certains ont subi les destructions des conquistadors qui ont récupéré les pierres pour édifier leurs églises, ne laissant que les morceaux les plus lourds et difficilement transportables. Mais avec un peu d’imagination, on peut se retrouver dans un épisode des Mystérieuses Cités d’Or, avec Esteban, Zia et Tao courant après Pichu……… ok, je vais arrêter les feuilles de coca !!!

Le nombril du monde… pour les Incas


Cuzco, 12-14/7.
Autrefois la plus importante cité de l’empire Inca, Cuzco est aujourd’hui une capitale ultra-touristique qui surfe sur son passé et son patrimoine archéologique, certainement le plus riche de toute l’Amérique du Sud. C’est à 3326 m d’altitude que se retrouvent tous les touristes venus au Pérou, attendant d’organiser leur visite de l’incontournable Machu Picchu ! D’ailleurs, le nom de Cuzco (ou Cusco) provient de qosq’o en langue quechua qui signifie « nombril du monde » !!

Les lignes de Nazca en vidéo


Une carte céleste ? Un circuit de course de lamas ?? Une piste d'atterrissage pour ovni ??? Choisissez la théorie qui vous plaît pour expliquer les exceptionnelles lignes de Nazca.
A survoler avec nous, embarquement immédiat !

Une capitale dans la brume


Lima, 9-10/7.
Plus notre avion se rapproche de Lima, plus on s’éloigne des Andes dont les sommets enneigés dominent (de loin) les plaines désertiques et poussiéreuses. L’avion entame sa descente et pique vers une mer impressionnante de nuages denses. Le garúa, une épaisse brume marine recouvre la ville et les environs pendant les mois d’hiver (avril-octobre). Une fois sur le sol péruvien, ce plafond blanchâtre, triste mais lumineux, confère une atmosphère toute mélancolique. J’ignore encore ce qu’il y a comme photos à faire mais les clichés ne vont pas être terribles avec un ciel pareil !!

La ville aux 42 cerros


Valparaíso, 2-7/7.
Quand on arrive à Valparaíso par l’autopista de Casablanca, on débarque dans El Plan, la partie “plane“ de la ville et on ne se rend compte ni de l’étendue de l’agglomération, ni de ses reliefs. C’est en prenant un peu de hauteur pour rejoindre notre guesthouse qu’on découvre des milliers de maisonnettes en briques et tôles colorées littéralement accrochées sur les 42 cerros que compte « Valpo ».
Pour grimper dans ces collines, on emprunte un dédale de ruelles étroites, raides et défoncées qui forment un véritable labyrinthe et défia mon sens de l’orientation à plusieurs reprises !

Chili con Carménère !



Santiago, Santa Cruz, 25/6-2/7.
Il y a des villes comme ça où on ne s’attend à rien. On n’a pas d’images particulières en tête avant d’y arriver et du coup, on se laisse totalement surprendre. Santiago est l’une de ces villes !
Derrière les vitres du taxi qui nous emmène de la gare routière au centre ville, on contemple les façades des immeubles début 1900 qui n’ont (presque) rien à envier à ceux de Buenos Aires. Certes, ils sont moins cossus, moins glamour et surtout moins bien entretenus que la capitale voisine mais cela reste une agréable surprise…

Une lichette avant de traverser les Andes ?


Mendoza, 19-25/6.
A la lecture et à la vue des photos des 2 derniers articles, il est facile de comprendre pourquoi on s’est attardé plus longtemps que prévu dans la région de Salta. Il a fallu revoir notre itinéraire en Amérique du Sud et s’il était aisé de faire l’impasse sur Cordoba (dont beaucoup de gens nous ont déconseillé la visite), la décision fut plus difficile au sujet du désert d’Atacama (Salar, Valle de la Luna…) ! A l’origine, on voulait prendre un bus de Salta jusqu’à San Pedro de Atacama, rester quelques jours avant de descendre vers Valparaiso et Santiago pour enfin revenir en Argentine, faire un aller/retour à Mendoza, l’aller en bus et le retour en avion pour apprécier sur terre et dans les airs la traversée de la Cordillère des Andes ! Mais cela aurait été une course folle et on s’est justement promis de prendre davantage de temps à chaque endroit pour en profiter pleinement !

Une route des vins hallucinante


Cachi, Cafayate, 12-17/6.
En revenant du Nord, on fait halte pour la nuit à Salta où nous sommes ravis de retrouver le confort douillet de l’hostal d’Heinz et Monica. Nous sommes d’ailleurs les seuls clients à occuper la maison, car cette époque de l’année est vraiment la saison creuse pour l’hôtellerie régionale en attendant les vacances de juillet des Argentins.

Des montagnes de toutes les couleurs


Jujuy, Tilcara, 8-11/6.
Pour aller de Salta à Jujuy, il y a deux routes : l’autopista et la “jungle road“ qui serpente sur les collines luxuriantes. Je vous laisse deviner laquelle nous avons emprunté… Si la route ne manque effectivement pas de charme, elle n’est qu’un minuscule avant-goût des paysages fantastiques que nous allons découvrir…

Salta et le Nord-Ouest andin


4-7/6.
J’avoue qu’avant d’y aller, on n’avait jamais entendu parler de Salta. Je ne me rappelle même plus comment on a décidé d’y aller… sûrement un itinéraire indiqué sur le site de Lonely Planet ! Mais depuis quelques semaines à chaque rencontre avec d’autres voyageurs à qui on annonçait notre prochaine destination dans le Nord-Ouest andin, tous ceux qui connaissaient la région étaient dithyrambiques sur la beauté des paysages.

Un avant goût du Nord-Ouest andin


En attendant les articles mais surtout les photos de notre expédition sur les routes du Nord-Ouest andin, voici déjà un petit aperçu des paysages incroyables qu'offre la région ! C'est également la route des Vins la plus hallucinante qu'on ait jamais faite…

L’Uruguay ne nous aime pas !


Colonia, Montevideo, 29/5-2/6.
L’Uruguay est une destination idéale pour le WE lorsqu’on est à Buenos Aires. Colonia est à 1h de bateau et Montevideo à 3. Initialement, on pensait y passer une dizaine de jours mais après avoir récolté pas mal d’informations lors de nos rencontres avec d’autres voyageurs, on s’est limité à 5 jours.

Buenos Aires fête l’Indépendance


25-28/5.
Dès notre arrivée nocturne, derrière les vitres du taxi qui nous amène de l’aéroport au Microcentro, nous tombons immédiatement sous le charme de celle qu’on appelle le « petit Paris d’Amérique du Sud ». On est tout de suite conquis par les architectures française et italienne début XXe siècle des bâtiments dont les façades sont largement éclairées sur les longues avenues que nous empruntons. Ces dernières ne sont pas seulement longues, elles sont aussi exceptionnellement larges, dont la palme revient à l’Avenida 9 de Julio, la plus large du monde avec 140 m et 16 voies de circulation !! C’est justement à 2 pas de cette gigantissime avenue, au croisement de l’Avenida de Mayo, que nous dépose notre chauffeur.

Les chutes d'Iguazu en vidéo, comme si vous y étiez !


Si vous avez manqué la lecture de l'article complet dédié aux Chutes d'Iguazu, voici une séance de rattrapage avec la vidéo de cette journée magique :

Voir les chutes, ok mais de quel côté ?



Foz do Iguaçu, Puerto Iguazu, 21-24/5.
Prendre l’avion pour aller aux chutes d’Iguaçu ? Trop rapide. Le train ? Très peu de lignes au Brésil et pas très fiable. Et comme on a le temps, va pour le bus ! En prenant notre billet, on nous annonce un trajet de……… 22h !! Sauf que pour moi, un bus qui part à 13h30 et qui arrive le lendemain à 12h30, ça fait déjà 23h !!! Au final, il mettra encore une heure supplémentaire et on aura donc passé 24h dans un autocar “semi cama“ équipé de sièges largement inclinables avec beaucoup plus de place aux jambes que dans un avion. Entre deux films avec Jason Statham, on fera la connaissance de Léo, un jeune Parisien venu découvrir le Brésil et assister notamment à 4 matchs de la Coupe du Monde.

Copa… Copacabana


Rio de Janeiro, 16-20/5.
En théorie de São Paulo, il ne faut que 6 heures pour rallier Rio de Janeiro en bus. Mais avec le trafic possible dans ce type de métropoles, il vaut mieux ne pas être à cheval sur la ponctualité des transports en commun. Rien de gravissime cependant, on n’atteint pas non plus le capharnaüm de Dehli et il ne faudra qu’une heure de plus pour arriver à la gare routière de la cidade maravilhosa

Au pays du futbol


São Paulo, 13-15/5.
On a déjà passé de nombreuses heures dans des aéroports mais on n’y avait encore jamais passé la nuit, c’est désormais chose faite lors de notre stop à Santiago du Chili ! Notre vol en provenance de l’Ile de Pâques est arrivé après 21h et il nous fallait être de retour vers 5h du mat’ pour notre liaison vers São Paulo, on prend donc la décision de squatter l’aérogare. Le temps de manger le pire hamburger depuis le début de notre périple, dans l’un des 2 seuls bistrots du terminal, servi pas le plus antipathique des serveurs. Ce dernier donne volontiers le password du wifi promis par un autocollant sur la vitre de l’entrée mais nous annonce bien plus tard, qu’en fait, il ne fonctionne pas !!!

Au bout du monde


Ile de Pâques, 6-11/5.
Comment ne pas se sentir au bout du monde lorsqu’on est à 2000 km de la première île habitée ? L’Ile de Pâques est à mi-parcours entre notre étape précédente, à Tahiti (4200 km) et notre stop au Chili (3700 km) avant de rejoindre le Brésil.
Initialement, on ne devait y rester que 3 jours, ce qui est normalement largement suffisant pour faire le tour de ce bout de terre volcanique de 117 km2 mais la disponibilité des vols de la seule compagnie (LAN) qui ne dessert l‘île qu’une seule fois par jour en a décidé autrement ! Mais finalement pour notre plus grand plaisir…

C’est presque la pub pour le Tahiti douche !


Papeete, Moorea, 24/4-5/5.
Après les (presque) 4000 bornes cumulées de voiture sur les routes de Nouvelle-Zélande, on avait clairement envie de se poser un peu. Ca tombe bien, notre destination suivante est la Polynésie Française où nous avons prévu de ne rien faire… du tout !!! Si ce n’est de revoir Aude, une amie d’enfance avec laquelle on faisait les 400 coups au collège. On n’a pas réussi à retrouver nos photos de classe mais la dernière fois qu’on s’était vu doit remonter à la 5ème ou au mieux la 4ème, soit un peu plus de 25 ans !!! Tu parles d’un coup de vieux…

Bien choisir son van en NZ ou en Australie !


Après 3 semaines en Australie et 3 semaines en NZ avec 2 véhicules complètement différents, on peut dire que nous sommes rodés en terme de location de campervan !

Notre parcours en Nouvelle-Zélande



Notre campervan avait déjà 259.317 km lorsqu’on en a pris possession à Christchurch. Au final, on le rend à l’agence d’Auckland avec 3809 km supplémentaires !!! Les globetrotters belges nous avaient prévenu qu’on risquait de faire plus de bornes en NZ qu’en Australie. A l’époque, je ne l’avais pas cru et ne voyais pas cela possible vu les différences géographiques entre les 2 pays…

On finit en beauté


Coromandel, Auckland, 21-23/4.
Pour partir à la découverte de l’île Nord, nous avions un jour “de libre“ que l’on se réservait afin de rester à l’endroit qui nous plairait le plus. On a hésité entre rester une journée supplémentaire à Rotorua pour profiter des ses moult activités (sources d’eaux chaudes, geyser, bain de boue…) ou explorer davantage la péninsule de Coromandel. La décision s’est plus ou moins prise dans les bains à 38° du camping de Rotorua où nous avons rencontré un couple franco-hollandais qui vivait en Nouvelle-Zélande depuis 15 ans. Selon eux, Rotorua est génial pour visiter des parcs à thèmes avec les enfants mais lorsqu’ils parlaient de Coromandel leur visage s’éblouissait et les mots « …magnifiques… beaux… splendides… » revenaient sans cesse dans leur bouche ! Notre décision était prise et nous allons donc tout au bout de la pointe nord de la péninsule.

Vidéo de notre road trip en NZ


Comme pour l'Australie, on a monté un petit film avec quelques séquences de notre itinéraire en NZ et notamment la fantastique route entre Coromandel et Port Jackson.

Chez les Hobbits !


En parcourant les routes de NZ, on a déjà clairement l'impression d'être dans un décor du Seigneur des Anneaux. Et en tant que fan des films de Peter Jackson, il y a une étape incontournable : le village des Hobbits !

Villes et Art Déco


Wellington, Napier, Taupo, Rotorua, 17-21/4.
La traversée entre Picton et Wellington restera dans les annales de notre voyage. En arrivant au terminal du ferry, notre campervan fut balayé par des vents et des pluies diluviennes. Sortir quelques secondes entre la voiture et le café le plus proche était suffisant pour être trempé jusqu’aux os. Lorsqu’on se présente au guichet à l’heure prévue pour monter à bord, l’employée de Bluebridge nous annonce un retard de 3h. On a largement le temps de déjeuner et de faire la connaissance de 2 jeunes Argentins avec lesquels on a échangé des infos : eux, sur leur pays et nous sur les Philippines et la Chine, leurs destinations suivantes.

Le calme avant la tempête


Lake Tekapo, Kaikoura, 13-16/4.
Pour revenir du Milford Sound, il faut se retaper toute la route n°6 depuis Queenstown dans l’autre sens. Curieusement, le Lac Wakatipu qu’on longe à nouveau à partir de Kingston, paraît totalement différent, à moins que ce ne soit la lumière du matin qui change les couleurs du lac et des montagnes. On s’enfonce ensuite dans les terres et on retrouve des paysages dignes du Seigneur des Anneaux.

Envoûtés par le Fiordland


Te Anau, Milford Sound, 11-12/4.
Le Fiordland National Park est totalement au Sud-Ouest de l’île Sud de la Nouvelle-Zélande. Il n’y a qu’une seule route pour arriver à Milford Sound, passant par Te Anau et qui finit en impasse après un impressionnant tronçon dans la montagne, autrement dit, ça se mérite !!

Retrouvez-nous sur Instagram !

Boutons Sociaux